Les 8 règles à suivre pour créer un bon logo

Créer un logo est très facile, mais créer un bon logo n’est pas si simple. Chaque détail doit être réfléchi et travaillé, rien ne doit être laissé au hasard. C’est la première image que le public reçoit de la part d’une institution, d’un site, d’une marque. Ainsi, chaque couleur, forme et typographie doit refléter au mieux l’image de l’entreprise et identifier clairement un produit, un service, une activité. Ce n’est pas seulement une belle création ! C’est un outil stratégique de communication : un visuel immédiatement identifiable, capable d’inspirer des émotions et d’influencer l’attitude globale des clients envers un produit.
Il n’y a malheureusement pas de recette miracle pour créer un bon logo puisque chaque projet accompagne une success story différente. On peut toutefois énoncer quelques critères simples mais essentiels qui restent invariablement à la base de la création d’un logotype efficace. Voici 8 conseils pour créer un logo à fort potentiel:
1- Rester simple
L’objectif principal d’un bon logo c’est que tout le monde s’en souvienne ! Il doit donc contenir quelque chose d’accrocheur sans être graphiquement surchargé. L’expérience montre que la simplicité est toujours un bon choix. Plus un logo est simple et épuré, plus il est reconnaissable et mémorisable. Les artifices superflus tels que les effets de dégradé, les ombres, un (typo)graphisme fantaisiste et les fioritures de toutes sortes sont dès lors à éviter. Pour être facile à retenir, la simplicité reste un pari sûr : plus un logo est rapidement lisible (c’est-à-dire compris) et visible de près comme de loin, plus il reste ancré dans la mémoire des consommateurs. Un logo complexe et trop original peut en gêner la lecture et l’identification. Faites rapidement le test et pensez maintenant à quelques logos. Les premiers qui vous viennent à l’esprit ne sont-ils pas les plus simples ?! Mais ne vous y trompez pas, la simplicité est ce qu’il y a de moins évident à obtenir car elle nécessite un énorme effort de synthèse dans la conception graphique.
2- Utiliser les bonnes couleurs
Alors voilà une règle d’or (qui vaut également en style vestimentaire !) : ne pas utiliser plus de trois couleurs. À cela on rajoutera de choisir une couleur plus dominante que les autres. Le mariage des teintes est aussi très important puisque certaines couleurs ne s’assemblent pas. En plus d’être complémentaires, ces couleurs devront posséder une signification (elles en ont toutes) vis-à-vis de votre marque et de vos produits, ce qui influera sur le message et l’émotion que vous voulez faire passer. Suivant les domaines, certaines couleurs sont par ailleurs indissociables du logo. Par exemple, en matière d’écologie, les couleurs végétales définissent en priorité les codes graphiques de ce secteur. Enfin, un bon logo doit pouvoir se décliner en noir et blanc. Vous allez en effet utiliser votre logo sur des factures, des devis, des bons en tous genres… A l’impression, l’utilisation du noir et blanc vous sera très utile et plus économique.
3- Choisir les bonnes formes
S’il est capital de bien choisir la couleur d’un logo, il en va de même pour la forme. Il ne faudrait surtout pas que votre image de marque souffre d’un double sens que peuvent générer certaines formes associées ensemble. Voyez par exemple le logo du centre de pédiatrie d’Arlington qui a créé la polémique…
4- Soigner la typographie
En termes de cohérence et d’esthétisme, il est recommandé de ne pas dépasser deux polices d’écriture et de choisir une typographie personnalisée. Vouloir créer son logo implique de créer sa propre typographie qui rendra le logo encore plus reconnaissable. Pour rappel, la simplicité est toujours un bon choix ; le logotype ne doit pas être trop compliqué à déchiffrer. C’est le cas pour Coca-Cola depuis 1886. Dans la tête des consommateurs peu importe ce qu’il y a d’écrit avec ladite typographie, ils y verront toujours la marque Coca-Cola !
5- Viser l’intemporalité
Un bon logo n’est pas éphémère. Bien au contraire. Il doit pouvoir durer sans se démoder – tout comme votre business. N’est-ce pas là votre objectif ultime ? Choisir un logo dans l’air du temps en suivant aveuglement les effets de mode ou les tendances du moment ne s’avère pas être une stratégie gagnante. A l’inverse, un stylisme relativement neutre (mais inédit !) vous permettra de passer à travers les âges et d’évoluer avec le temps sans faire de (grandes) modifications. Si vous essayer de respecter les conventions de votre secteur et les habitudes de vos clients (ce qui suppose une connaissance approfondie de votre public-cible), vous pouvez alors vous inspirer d’une police, d’une couleur ou de pictogrammes/de sigles particuliers qui traverseront les époques en restant toujours adaptés à votre marché.
6- Etre fonctionnel et polyvalent
Ou être capable de maintenir son intégrité, son efficacité et sa lisibilité, sans perte de qualité, quand il est représenté dans différents contextes, sur des supports imprimés, matériaux ou objets, en grand comme en petit. Votre logo va très probablement être utilisé dans une large panoplie de médias: web, impressions, brochures, dépliants, cartes de visite, textiles, véhicules, panneaux, affiches, enseignes… Tous ces supports ont des échelles différentes et donc votre logo également. En pratique, il est conseillé de concevoir un logo avec un logiciel de dessin vectoriel plutôt que bitmap (.jpg ou .png), afin de garder la même qualité de résolution en toutes circonstances. Idéalement, un bon logo se doit d’être polyvalent et déclinable en couleur(s), en noir et blanc, avec et sans baseline, en format horizontal et/ou vertical… Ainsi, les meilleurs logos, tels le Swoosh de Nike, ont le même impact que ce soit en couleur, en niveaux de gris, en noir et blanc ou en impression inversée. Pour vous en assurer, il vous faut définir ce qu’on appelle une ‘charte graphique’ dans laquelle chaque couleur du logo est référencée par un code Pantone, HKS, RGB et/ou CMYK en fonction du support d’impression.
7- Porter du sens 
Il va sans dire qu’un bon logo doit incarner ce que vous représentez afin de faciliter les associations avec votre produit ou service. Pour être le plus percutant possible, il faut que votre logo rappelle votre activité et qu’il la représente de manière juste et adéquate. Avant tout travail de création graphique, il est essentiel de définir l’esprit « de la maison » pour que le logo puisse efficacement véhiculer les valeurs de la société, comme par exemples, la confiance, l’admiration, la loyauté ou encore l’excellence.
8- Etre unique 
Dans la jungle des logos, le vôtre ne doit pas se confondre avec les autres. Des formes bien pensées, des couleurs spécifiques, une typographie personnalisée et une baseline étudiée avec attention rendront votre logo original et reconnaissable au premier coup d’œil. Il vaut mieux éviter les logos trop clichés car même si sur le moment, cela peut être efficace, un tel logo peut s’avérer lassant à la longue… Préférez un visuel qui surprend ! Bien sûr, si le nom de la firme est facile à mémoriser pour le consommateur, il est parfois tout aussi percutant que le logo reprenne simplement ce nom.
Ceci étant dit, malgré ces bons conseils, vous n’êtes pas à l’abris de commettre certaines erreurs en cours de création. J’en ai repêchées ici quelques-unes, quatre précisément, qui semblent bien trop souvent commises.
Vouloir en dire trop
Un logo n’a pas besoin de représenter tout ce que vous faites ou êtes. N’attendez pas que les gens devinent tout de vous et de votre société lorsqu’ils verront votre logo pour la première fois. Un logo n’est pas un prospectus mais juste une « signature ».
S’inspirer des autres
Parcourir le web à la recherche de LA bonne idée est chose tentante. Mais c’est une erreur. Car vous ne trouverez que des idées qui ne sont pas les vôtres. Un des meilleurs moyens pour trouver le concept qu’il vous faut est de toujours revenir à ce qui est à l’origine de votre projet, et de puiser là une idée de départ, sans se soucier de ce que font les autres.
Oublier de le traduire
Il est impératif de se préoccuper de la traduction du logo. Prenez le temps d’étudier les traductions de votre logo dans d’autres langues afin d’éviter de vous retrouver dans une situation gênante et ambiguë… Comme par exemple, cette société suédoise de management d’immobilier qui n’a pas pensé à traduire son logo « I cum. » en anglais.
Inventer un logo à double sens
Imaginer un logo qui contient « deux images en une » reste une bonne idée, à condition que ce ne soit pas trop difficile à deviner. Veillez donc à ce que cela ne devienne pas une torture de l’esprit. On citera le chocolat Toblerone qui a réussi à insérer un ours dans logo, que l’on découvre après quelques instants d’observation…

 

  • Laurence VK
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!